lundi

 

vu aujourd’hui Erhard Stiefel, l’homme au masques. Son nouveau masque d’arlequin m’a fait craquer. Je l’ai essayé et je me suis à nouveau retrouvé face à cette étrange sensation que provoque le masque :

un rapport à l’inconnu, à l’improvisation et à l’attrait pour l’invention ; mais ce rapport à l’inconnu, ce danger, sans attache au normal ni au réel, ce rapport passe par un objet, un élément résolument tangible, un outil en cuir, un personnage… vieux comme le théâtre, beaucoup de paradoxes, de questions.

un petit peu comme la photo qu’avait faite éric gaulupeau il y a quelques années :
possession1
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s