relâche

aujourd’hui, c’était relâche, pas de répétition.
donc balade dans la ville : du temple au onsen… cela peut vite devenir le quotidien de kyoto, ça : du temple au onsen, et du temple au temple…
et comme ça, seul, j’ai marché, pédalé…

IMG_1426.JPG
et j’ai beaucoup pensé à cette expérience que je vis ici : « être loin de tout ce qui fait sa vie normalement pendant deux mois ». c’est tellement étrange d’être aussi loin avec un décalage horaire de sept heures, comme si on avait appuyé sur pause pour arrêter le temps et qu’on continuait à vivre dans une sorte de bonus qu’on voudrait essayer de faire fructifier chaque jour, cette réflexion prenait bien un petit goût de villa kujoyama, il y a quinze ans, tiens.

IMG_1428.JPG
j’ai marché, pédalé… puis j’ai senti une tristesse me gagner lorsque je pensais à la france, j’ai senti que les certitudes d’hier, ces certitudes qui faisaient que je pouvais avoir confiance dans le système français lorsque j’étais précisément à la villa kujoyama, ces certitudes sont aujourd’hui devenu du passé, et elles sont dépassées. c’est que cette crise des intermittents avec la gestion politicienne qu’en font nos gouvernants à la langue de bois, cette crise m’a bien l’air de sonner le glas d’un système de théâtre public qui a été une fierté justifiée mais qui n’est plus que l’ombre de lui-même. et ce ne sont plus que des privilégiés qui profitent de ces fonds publics, de moins en moins nombreux, et de plus en plus ciblés. ils sont choyés, dorlotés et lorsque les nouveaux génies arrivent, on les jette à la poubelle. et le génie, c’est un mot tellement galvaudé que les critères du génie changent presque toute les années dans le spectacle vivant. c’est violent. alors, lorsque je vais revenir en france, je ne vais plus attendre, plus rien attendre du tout de ce système qui a la nausée et qui devient de moins en moins incohérent. qu’est ce que je vais faire ? ça c’est un bon chantier de réflexion… à suivre.

IMG_1427.JPG
bon, j’ai continué à marcher, à pédaler, j’ai laissé tomber cette problématique française qui me déprime et j’ai pensé aux répétitions de Kotoba no hajimari, à l’équipe, et là, enfin, j’étais heureux, serein et heureux. je me suis réjouis de les retrouver demain pour une nouvelle série de répétitions, car c’est un groupe de travail excellent, généreux, talentueux… et si je les ramenais en france, tous, hein ?

IMG_1464.JPG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s