didier galas cv

METTEUR EN SCÈNE

Cette saison, en octobre 2015, Didier Galas crée La Vérité sur Pinocchio qu’il a tourné jusqu’au mois de janvier 2016. Reprise la saison prochaine.

Pour le festival d’Avignon 2015, il met en scène, avec Valérie Dréville et Grégoire Ingold, La République de Platon d’Alain Badiou, présenté par des habitants avigonnais et des élèves de l’ERAC (où il est professeur depuis plusieurs années.)

En 2014, il a créé L’invention de la Parole à Kyoto (Japon) suivi d’une tournée dans le pays. C’est aussi cette année-là qu’il fonde, en association à Jean-François Guillon (artiste plasticien), Les Hauts parleurs ; structure avec laquelle ils réalisent spectacles, performances, et expériences diverses en lien étroit avec les habitants, les spectateurs et les enfants. Comme le projet Sept Poupées qui a réunit en novembre 2014 des personnes du 3ème age et des enfants pour raconter des histoires de vie dans la ville de Tottori (Japon).

Rabelais versus Nostradamus, le premier spectacle des Hauts Parleurs, a été présenté en juin 2014 à l’auditorium du Louvre, puis repris en juillet 2014 à Tours, dans le cadre du Festival Rayon Frais et en novembre 2015, à Chinon dans le cadre du Festival les nourritures élémentaires.

Auparavant, après plusieurs résidences en asie (Chine, Japon) et en amérique du sud (Venezuela), Didier Galas a crée Monnaie de Singes au Festival d’Avignon 2000, ainsi que le petit (H)arlequin (2001)… et ses variantes chinoise (2005) et japonaise (2010).

De 2005 à 2009, il met aussi en scène : Quichotte d’après Cervantès ; Debvoir est Vertus Héroïque et Paroles horrifiques et Dragées perlées d’après Rabelais ; Trois Cailloux et La Flèche et le Moineau, d’après Gombrowicz ; Les Pieds dans les Etoiles, spectacle jeune public sur l’astrophysique qu’il écrit en compagnie de Jean-François Guillon.

En 2010 il crée Trickster qui est repris en 2011 au Théâtre de la Cité Internationale à Paris puis en tournée en Italie, en Afrique et au Japon (2012 et 2014). Ce spectacle est inscrit au répertoire de la compagnie et est repris très régulièrement en tournée. Au Festival Mettre en Scène 2012 (TNB-rennes), Didier Galas a créé Parlaparole, troisième adaptation de l’œuvre de Rabelais ; en 2013 il y a présenté aïlòviou, je l’écris comme je le prononce, en compagnie de Christian Rizzo, Pascal Contet et Joël Grare.

ces spectacles ont tous été créés et programmés en France :

— principalement dans les structures suivantes : Festival d’Avignon, Centre Pompidou (Paris), Théâtre de Nanterre-Amandiers, Théâtre de la Ville (Paris), Théâtre 71 – Malakoff, Bateau Feu – Dunkerque, TNB (Rennes), Théâtre Granit – Belfort, Théâtre de l’Agora – Evry…

— mais aussi : au Japon, en Chine, au Venezuela, au Sénégal, en Mauritanie, au Bénin, au Togo, au Burkina Faso, au Mali, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Allemagne et en Turquie…

ACTEUR

Il participe à des expériences diverses telles que : Natural Beauty Museum, mise en scène de Allio-Weber qui sera créé au prochain Festival d’Automne à Paris ; S.x.rx.rx mise en scène de Patricia Allio, (Fondation Cartier, Paris, 2004 ; Festival Mettre en Scène, Rennes, 2004 ; Künsten Festival, Bruxelles 2006 ; Théâtre de la Bastille, Paris, 2008) ; Wawgawawd lecture-conférence de John Cage conçue par Yves Chaudouët, (Rencontres internationales de la Photographie d’Arles, 2003 ; CAPC, Bordeaux, 2003 ; CDN de Dijon 2008).

De 1992 à 1997, on a pu également le retrouver dans les mises en scène de Christian Schiaretti avec lequel il crée Ahmed écrit par le philosophe Alain Badiou (nomination aux Molières en 1995 catégorie meilleur acteur).

Il a aussi travaillé avec Claude Régy, Jacques Rivette, Aurélien Recoing, Bérangère Bonvoisin et Philippe Clévenot.

PÉDAGOGUE

Depuis 2002, il est professeur à l’ERAC (école régionale d’acteur de Cannes).

Il a également enseigné à l’EPSAD (école professionnelle supérieure d’art dramatique de Lille) et donné différents stages dans divers endroits du monde (Venezuela, Chine, Japon, Turquie, Portugal, Italie…)

FORMATION

Après des études au conservatoire de région de marseille, il devient élève du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris (promotion 1988), où il suit l’enseignement de Claude régy, Bernard Dort et Mario Gonzales…

Lauréat de la Villa Kujoyama en 1998 (bourse de l’AFAA) à Kyoto, il y a suivi l’enseignement de Michishige Udaka, maître de Nô de la famille Kongô.
 En 1999, titulaire d’une 2ème bourse de l’AFAA à Pékin, il étudie l’Opéra de Pékin avec Li Guang, maître de la première compagnie nationale.